Chronique no. 2 d’un pot de déchets esseulé : Antoine, nourrissez-nous, pauvres parents !

On fait suite à la première chronique sur notre échec vis-à-vis les couches lavables. Dans cette seconde chronique, on continue de te partager nos défis de parentalité et de mode de vie zéro déchet. Ici, on te parle d’un échec devenu victoire, parce qu’on a accepté qu’on avait besoin d’aide.


AVERTISSEMENT : Sache que notre amour pour notre traiteur est démesuré. Tu risques de nous trouver pas mal coucou, mais on l’assume. On avait le choix entre écrire cet article, ou sonner à ta porte pour t’en parler.


 

Chez les Cocos, on cuisine. La cuisine est aux Cocos ce que la construction est à Montréal, ce que l’air napolitain est à Marc Hervieux ou ce que le manbun est au hipster. Ça va de soi. On se faisait une fierté de préparer notre menu toutes les semaines, faire nos courses zéro déchet le sourire aux lèvres en traînant joyeusement notre chariot au gai cliquetis de nos pots Mason, avec toute la hardiesse du jeune écolo à l’âme capable.

Puis on est devenu fatigués. C’est comme ça, tsé. Léon perce des dents sans arrêt depuis qu’il a 5 mois et demi (il a 9 mois et déjà 8 dents, et ses grosses canines de vampires menacent leur entrée en scène imminente. #mamanestfière #mamanestfatiguée). Il ne dort donc pas très bien, nous non plus (heureusement qu’il est cute). Benjamin commence à travailler à 7h00, alors à 21h00, toutes les lumières sont éteintes. Ce qui veut dire qu’après la routine du dodo, le souper, la vaisselle, le lunch du lendemain préparé… on s’affalait 15 minutes dans le fauteuil avant de se traîner jusqu’à notre lit. 

Face à une impasse, que faire ? Trois petits mots salvateurs sont soudainement apparus sur notre écran de téléphone.

 

Antoine

Au

Quotidien

 

Antoine au quotidien, c’est un service de traiteur extraordinaire. Des amis nous avaient parlé de cette formule de traiteur et on avait pris une note mentale en se disant qu’on pourrait y avoir recours en cas d’urgence. On ne se doutait pas qu’on tomberait autant en amour avec ce service de traiteur.

Antoine, c’est quoi exactement ? C’est savoureux. C’est réconfortant. C’est livré majoritairement dans des tupperwares. Un mini bémol : certains plats arrivent parfois dans des sacs sous-vide pour préserver la fraîcheur des aliments, ou d’autres, dans des contenants en aluminium. C’est comme si ta maman venait te porter une grosse glacière remplie de petits plats pour toute la semaine. Il y a une grande variété de mets végétariens. Les viandes sont quant à elles bios et vraiment bien apprêtées (Jean-Luc Boulay dirait certainement qu’Antoine respecte son produit). Les produits d’ici sont mis de l’avant, les déchets organiques sont compostés, la cuisine utilise des produits nettoyants biodégradables faits ici, la cuisine vise à réduire, réutiliser et recycler, etc. Tu en apprendras plus ici.

Antoine, comment ça marche ? Tu fais ta commande en ligne. Tu choisis l’option d’aller chercher ta glacière à la cuisine sur Louvain ou faire livrer ta commande (gratuitement si dans la zone). La semaine d’après, tu échanges ta glacière pleine de tupperwares vides contre une glacière pleine de promesses gustatives. Pas à la maison ? Pas un problème. Tu peux laisser la glacière sur ton balcon, en avant, en arrière, ou laisser ta clé. Avec Antoine, il n’y en a pas de problème !

Antoine, est-ce que c’est bon ? Non seulement c’est bon, mais les repas sont très équilibrés (allo, le guide alimentaire canadien !). Ils permettent aussi de manger des portions raisonnables; comme c’est bon, on en veut pour le lendemain. Si tu as vraiment faim, tu peux compléter en te faisant une petite salade à côté ou avec une petite crème de légumes que tu aurais préparée au préalable. Il faut parfois préparer un à côté si tu ne veux pas le commander (faire cuire du couscous ou du riz). Pas la mer à boire. En plus, il y a des ingrédients qu’on ne se risquerait peut-être pas à préparer, ou des plats qu’on ne ferait carrément pas faute de temps : des burgers de betterave, une salade avec des croquettes de jacquier, des cannellonis aux épinards et noix de pin, des jalapeno poppers, etc.

Antoine, est-ce que c’est cher ? Pour notre part, c’est équivalent ou un peu plus cher à ce que nous coûterait une épicerie. Le site indique que les plats comprennent deux bonnes portions. On est des mangeurs modérés, disons, ce qui fait qu’on fait facilement 3 ou 4 portions avec chacun des plats, parfois même plus. Tu peux t’abonner pour différents forfaits avantageux qui font baisser le prix de la commande. On a commencé par prendre un forfait de 20 semaines, puis on est vite passés au forfait 40 semaines. Cela signifie qu’on s’engage à vivre 40 semaines de délectation et de sérénité dans une année… et cela équivaut à 15% de rabais, donc essentiellement un plat gratuit chaque semaine.

On a calculé que nous sauvons présentement 15 heures de temps réveillé (la distinction est importante). Nos fins de semaine sont moins stressantes, nos soirées sont libérées. 

On parle d’Antoine autant qu’on parle de Léon. “Merci Antoine !” / “Qu’est-ce qu’on mange ? Du Antoine !” / “C’est lundi ! Antoine arrive !” On l’aime, Antoine. 

Je viens d’écrire cet article grâce à Antoine. 

Sans Antoine, on serait en train de faire de la vaisselle.

 

***Cet article n’est pas le fruit d’une commandite. C’est avec empressement qu’on sort notre carte de crédit chaque semaine.***

 

 

logo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s