Être la maman d’un bébé vert

Article d’Evelyne Rocheleau, invitée spéciale et Coco honorifique

Note des Cocos : Comme on avait besoin de conseils en matière de bébé vert, on s’est tournés vers notre amie Evelyne, qui nous revient avec un bel article sur ses conseils de maman zéro déchet.


Cet article a été rédigé l’automne dernier, avec une introduction qui parlait de mes enfants et de mon virage zéro déchet de maman. Depuis, j’ai appris qu’un petit coco miracle s’est niché dans le bedon de Laurence. Ainsi, je leur dédie cet article, que j’ai retravaillé pour la cause. Il devient, tout d’un coup, bien plus significatif et encore plus personnel. Alors, Laurence et Benjamin, voici mes trucs de maman pour votre bébé rose/bleu vert.

  1. Le fabuleux monde de l’usager

Dès que l’on sait le sexe du bébé, habituellement, la première chose que l’on veut faire, c’est aller acheter un petit pyjama rose ou bleu. Sachez qu’il existe une multitude de friperies spécialisées dans les vêtements pour bébés et pour enfants, sans compter les organismes communautaires, qui vendent des morceaux de vêtements pour quelques sous seulement. Également, vous pourrez trouver des lots de vêtements ou des articles de bébé, à bon prix, sur les sites de vente des réseaux sociaux ou sur les sites internet de petites annonces. Ces achats usagés, en plus d’être écolos, sont particulièrement payants puisque n’importe quel parent vous le dira : les beaux petits pyjamas, bébé n’aura pas tellement le temps de les user. Il en va de même pour les jouets. Les besoins des bébés et des jeunes enfants évoluent si rapidement que plusieurs jouets deviennent rapidement désuets.

Cependant, je mets le bémol suivant : certains éléments, comme le berceau, les coquilles de transport et les sièges d’auto ont de nouvelles normes et/ou dates d’expiration. En achetant usager, il est important de s’assurer que ces items ne soient pas trop vieux ou accidentés, dans le cas des sièges d’auto. L’idéal est d’acheter de quelqu’un que l’on connait, dans ces cas précis.

  1. Les couches lavables

Cessez vos grimaces : les couches lavables, ce n’est pas si pire! Un bébé aux couches jetables produira une tonne de déchets entre la naissance et la propreté. C’est un peu scandaleux, quand on y pense. Au Québec, de nombreuses compagnies créent des couches lavables, de toutes les couleurs, et elles offrent plusieurs modèles adaptés aux différentes morphologies de bébé. Il existe une panoplie de sites internet sur lesquels on peut y trouver toutes les recommandations d’entretien, les informations quant aux différents modèles, sans oublier tous les blogues et les sites de passionnés (oui, oui! Ça existe!) sur les réseaux sociaux. Également, sachez que c’est possible d’acheter des lots d’essai à prix moindre si vous n’êtes pas certains de ce qu’il vous faut pour bébé. C’est quelque chose qui peut aussi s’acheter usagé. Il suffit de bien décrasser et désinfecter les couches avant de les mettre à bébé. Vous verrez, c’est cuuute des grosses fesses de bébé en couches lavables. En complément aux couches lavables, vous pourrez aussi utiliser des lingettes lavables. Certains utilisent des débarbouillettes de bébé en ratine, d’autres se contentent de bouts de coton recyclé d’une serviette ou d’un drap. Il est aussi possible de faire son propre produit naturel pour y faire tremper lesdites lingettes. Internet regorge de recettes qui n’attendent qu’à être essayées.

  1. Achats locaux

Depuis quelques années, il y a vraiment une explosion de compagnies québécoises pour bébés et enfants. Que ce soit pour des produits pour le corps, des vêtements évolutifs (bon investissement!), des doudous ou des accessoires, pratiquement tout peut être acheté « fait au Québec ». Les boutiques spécialisées tiennent généralement des lignes de différents produits à essayer. Il suffit de les visiter pour recevoir d’excellents conseils. Et au Québec, il y en a du talent et des beaux produits! En plus, vous avez la chance d’habiter dans la métropole. Je suis certaine que ce n’est pas le choix qui manque.

  1. Prêter et emprunter

Y a-t-il un « baby boom » dans votre entourage comme dans le mien? Si c’est le cas, ça devient alors possible de s’emprunter et de s’échanger des choses entre vous. Personnellement, les vêtements de bébé de mon garçon ont servi à 4 ou 5 bébés, en incluant le mien. Certaines choses ne valent pas vraiment la peine d’être achetées, comme mentionné précédemment, surtout quand c’est possible de les emprunter ailleurs, pour la durée dont on en a besoin.

  1. Se contenir dans ses achats (avez-vous besoin de tout ça?)

Enceinte de mon premier, j’avais l’impression qu’il me fallait tout-ce-qu’il-y-a-de-disponible-sur-le-marché-pour-bébé. Mais tous ces achats ne sont pas forcément intelligents à faire, malgré ce que l’on veut nous faire accroire. Investir dans une chaise haute évolutive jusqu’au banc d’appoint est un choix judicieux. Les bacs à purées? Pas tant. Des bacs à glaçons font amplement le travail. Voilà une économie en plus d’une réduction de plastique. Sans oublier que vous voudrez peut-être essayer la DME (diversification alimentaire menée par l’enfant). Malgré le tourbillon d’hormones qui t’envahit, Laurence, lorsque tu iras dans les magasins de bébé, prends le temps de te questionner à savoir : 1. Est-ce nécessaire? Est-ce que mon bébé sera plus heureux comme ça? 2. Quelle est la versatilité de ce que je m’apprête à acheter? Certains jouets, par exemple, ne servent qu’à une chose et ne peuvent pas être réinvestis plus tard par l’enfant. Mon meilleur exemple est une toupie. Il n’y a qu’une façon de jouer avec une toupie. Ça ne travaille pas grand-chose quant au développement de ton enfant, une toupie (j’ai déjà acheté une toupie, à mon premier – mauvais achat). Aussi, il y a des phases dans le développement de bébé où ce que tu as dans la maison sera plus intéressant que des jouets achetés. Chez nous, actuellement, le tiroir à débarbouillettes de la cuisine a un immense succès. Mention honorable aux plats de plastiques que tu traines depuis des années, aux cuillères en bois et aux chaudrons, qui font d’excellents instruments de musique.

La liste de trucs pour avoir un bébé écolo n’est pas exhaustive. J’y suis allée de suggestions qui me parlent et que je suis capable d’appliquer. Le monde de la maternité est une aventure merveilleuse, remplie de moments magiques, cocasses et de certains moins glamours. Ça reste malgré tout, le plus beau « métier » du monde. Je sais que ce petit être sera comblé d’amour et qu’il sera élevé pour avoir une contribution positive à la société. Je vous souhaite du bonheur à la tonne!

Et vous, chers lecteurs, auriez-vous d’autres suggestions à apporter aux Cocos écolos à ce sujet?

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Caroline CAMBIER-DEBOURGE dit :

    Déjà, félicitation au futur jeune parents
    Pour ma part, les couches lavable (top), fini les allergies et les fesses de bébé rouge jusqu’au sang. Les jouets : le bois, c’est durable, et mes enfants, les enfants que j’ai gardé, on adorés. Du coup, lorsque j’ai des petits a la maison, on les ressort. Les échanges entre copine autour d’un goûter, les vides greniers pour les vêtements ou les friperies aussi sympa. Les produits de toilette, le liniment a l’huile d’amande douce (ou germe de blé) à faire soit même, facile et pas cher, et idéale pour les fesses de bébé.
    L’allaitement pour moi a été des heures de bien être et de complicité avec mes 2 fils. Les petits pots lors de la diversification, c’est moi qui les faisais, au moins je savais se qu’il y avait dedans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s