Un de ces moments

C’est un de ces moments qui nous revient par bribes. Des mots ici et là. Mauvaise nouvelle. Grave problème. Infertilité. Peu de chances. Le corridor froid de l’hôpital. Le retour à la maison sous la pluie. Les appels à nos familles.

C’était il y a près de six ans. On s’aimait. Un bébé était la suite logique des choses. “Quand est-ce que vous allez avoir des enfants ?” On y travaille… Mais chaque mois, nos coeurs se brisaient un petit peu plus. Après notre diagnostic d’infertilité, on a décidé de partir un mois au Japon. Sayonara, on s’en va loin des regards de pitié et des phrases de réconfort toutes faites.

On a quand même profité du voyage pour réfléchir à notre situation. “Bien sûr, on essaie la procréation assistée. C’est un service qui est couvert par l’assurance-maladie. Profitons-en.” Entre temps, le ministre de la santé a fait toutes sortes de coupures dans le programme de procréation assistée – en insultant les couples infertiles au passage – mais qu’à cela ne tienne, on va faire ce qu’on peut !

Toutefois… On était très, très loin de l’idée romantique qu’on avait de la conception d’un enfant. Attendre le médecin pendant 45 minutes à moitié nue sur la table d’examen en faisant des mots croisés avec mon doux mari, très peu pour nous. Tant pis, on repart en voyage !

À notre retour d’Islande, on a réalisé que dans le fond, on était très bien juste tous les deux, et qu’un enfant ne ferait pas en sorte qu’on s’aime plus ou moins. On ne pouvait pas continuer à vivre l’arrivée de mes règles comme un échec et avoir l’impression de repartir la machine à chaque mois. On ne pouvait pas se morfondre en rêvant à ce qu’on n’a pas, plutôt que d’apprécier ce qu’on a : notre amour et notre merveilleuse vie à deux.

Notre virage zéro déchet s’est amorcé dans la même période. On serait le couple qui prendrait soin de la planète comme si c’était son bébé ! On ne marquerait peut-être pas notre existence sur la planète grâce à notre progéniture. Non. On la marquerait par nos choix et notre mission environnementale.

Le 21 janvier dernier, Benjamin se réveille en entendant des sanglots dans la salle de bain.

“Es-tu enceinte ?”

“Oui, mon amour.”
C’est un de ces moments qui nous revient par bribes. Des mots, ici et là. Bonne nouvelle. Miracle. Notre bébé. Notre petite salle de bain. Un test de grossesse positif, enfin. Les appels à nos familles.

Annonce grossesse

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marijo dit :

    WoW c’est merveilleux. Bravo et bienvenue à ce nouvel être. Quel chance il a d’être tombé dans une famille si pleine d’amour. La vie est magique quand on lui fait confiance . Bravo ❤️🙏🏻 Merci pour le partage et l’inpiration de lâcher prise. Quel bel enseignement de vie.

    J'aime

    1. Quel gentil message ! Merci beaucoup !! On regarde mon ventre arrondir avec émerveillement… on ne peut pas croire notre chance !

      J'aime

  2. deuxevades dit :

    Encore toutes nos félicitations ! J’ai commencé à lire le texte en sachant déjà la suite (vue sur Instagram) mais j’avoue que j’avais le coeur serré pour vous. Il faut être bien forts mentalement pour arriver à outre passer son envie besoin d’enfant comme vous avez du le faire. C’est une belle revanche pour la science.
    On vous souhaite pleins de bonheur et pleins de nouveaux défis !

    J'aime

    1. Un revanche sur la science… On adore ! Merci pour ton beau message ! 🙂

      J'aime

  3. modeco13 dit :

    Quel article touchant ! Profitez de ce bonheur qui vous arrive !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s