Jardiner à l’ère des grandes chaînes de supermarchés

Article et photos d’Evelyne Rocheleau, invitée spéciale et Coco honorifique

Depuis les sept dernières années, mon amoureux et moi faisons ponctuellement un jardin, tous les étés… Mais d’abord, laisse-moi me présenter un brin.

Je suis une enseignante en adaptation scolaire habitant à Trois-Rivières et la maman de deux merveilleux enfants. J’ai amorcé un virage vert/local/minimaliste/zéro déchet ce printemps, entre autres grâce aux Cocos écolos (NDLR: c’est nous, ça !).

Voilà.

Depuis toutes ces années, nous nous faisons parfois demander pourquoi nous mettons autant d’efforts et d’énergie à faire un jardin, alors que les épiceries débordent de légumes à bas prix, en même temps que nous récoltons nos légumes. Bonne question!

Parce que je sais ce que je mets dans mon assiette.

En faisant pousser ma nourriture, je sais exactement ce que je mange. Dans les dernières années, je sais avec quel fumier j’ai fertilisé mon jardin et quelle est la composition de ma terre. J’ai acheté mes plans et mes graines bio dans un centre de jardin local (nouveau bébé oblige) et je sais que je n’ai mis aucun pesticide ou insecticide sur mes plants.

IMG_20170814_090900807.jpg

Parce que ça coûte moins cher… à la longue.

C’est vrai qu’il y a un investissement d’argent (les outils, les semis/plants, les bacs/sacs, la terre, le fertilisant…) et d’huile à bras au départ. Par contre, il existe plusieurs façons de limiter les coûts : partager des plants avec des amis, faire ses semis, emprunter des outils, achats sur les petites annonces, garder les graines de certains plans pour l’année suivante, etc.

Parce que ton empreinte écologique est pas mal réduite. 

C’est difficile d’être plus local que ta cour/ton balcon/ton jardin communautaire. Une année, l’amoureux a décidé de planter 26 plants de tomates (ouin…). On a pu se faire beaucoup de conserves de sauce tomates, ainsi que toute une déclinaison de recettes, avec NOS tomates. J’en conviens, il a un peu beaucoup exagéré. On a bien nourri le compost cette année-là. Parlons-en aussi, ça te fait un super endroit pour utiliser ton compost (économie de fumier/fertilisant!). Et si, comme nous, tu n’as pas encore créé ton compost, tu peux simplement mettre tes déchets de table compostables (toujours au même endroit) et brasser le tout en automne, après les récoltes. En faisant tes conserves ou en congelant les surplus, tu manges « local » à l’année longue, plutôt que d’acheter certains aliments d’autres pays, de moindre qualité ou fraîcheur, et ça te fait de super cadeaux d’hôtesse à offrir.

IMG_20170814_091127391.jpg

Parce que c’est une super activité (surtout!)

Enfant, mes parents et moi faisions un jardin. Un grand jardin. Planter, désherber et arroser, puis, au fil des semaines, voir tous les légumes pousser, fait partie de mes plus beaux souvenirs d’enfance. Les deux pieds dans la terre et dans la bouette, les mains sales…

Je fais encore mon jardin nu-pieds au printemps. Ce contact avec la terre me réconforte et me fait du bien. J’ai eu la chance de rencontrer un homme qui a, comme moi, ce besoin de cultiver et d’être en contact avec la terre. Notre premier jardin s’est fait tout naturellement, il y a 7 ans de ça. Maintenant, nous avons notre 3 ans qui nous aide à planter, à arracher les mauvaises herbes et à récolter (Ah! Et à manger…), pendant que notre 6 mois nous regarde et apprend. Notre plus grand peut dire à ses amis qu’il sait que des patates, ça pousse dans la terre et que des concombres, au départ, c’est une petite fleur jaune.

 

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Caroline dit :

    J’étais impatiente de vous lire a nouveau. Le potager, les conserves, C’est mon rêve! Mais comme je n’ai pas de jardin qui pourrait servir de potager, je pense me fabriquer un potager sur pied et en hauteur avec des palettes. Merci de partager votre expérience avec nous. Caroline

    J'aime

    1. Merci Caroline ! La temps a filé et on a négligé un peu le blogue. Devine quoi ? On rêve aussi d’un potager ! On devait se faire un potager dans des palettes cet été… mais les palettes sont restées chez mes parents. Tu pourras nous tenir au courant de tes aventures de jardinage l’an prochain !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s